Sortir de la ligne d’attaque

Face au danger, une règle de base est de se protéger. Lorsque le danger vient vers nous, plusieurs possiblités sont permises : la fuite, la protection par une tierce personne ou y faire face.

D’une façon générale, la fuite, qui paraît la moins courageuse, est sûrement la plus prudente et la plus sûre. Elle évite la confrontation et on est certain de rentrer chez soi en bonne santé et en entier. Ce qui n’est pas négligeable. Personne n’est obligé de se comporter comme un héros de même qu’on n’est pas obligé de partir en courant (comme un lâche diront certains, mais si un jour ça leur arrive ils seront bien contents d’avoir de bonnes chaussures adaptées à la course). Dans de nombreux cas de la vie courante, on peut sentir si une situation peut s’envenimer et la prudence nous conseille alors de quitter les lieux avant que cela dégénère. Surtout si on n’est pas concerné par ce qui se passe au départ. C’est ainsi qu’en entrant dans une pièce il est bon de balayer l’espace du regard, ou, dans un endroit fréquenté, de s’asseoir à un endroit où on peut voir l’ensemble des autres personnes si-possible. On se sent plus à l’aise. Au restaurant, vous préférez voir le mur ou la salle, plus animée ? Ces conseils basiques sont appliqués par des gens expérimentés, habitués au danger, et peuvent éviter bien des soucis, sans tomber dans la paranoïa et l’excès, restons détendus.

Se protéger par une tierce personne qui nous aidera (ou un objet servant de protection) se révèle aussi utile dans bien des cas mais malheureusement ce n’est pas toujours possible.

Enfin, parfois on n’a pas le choix, et il faut affronter le danger en face.
Au Taï Chi Chuan et dans les autres arts martiaux par exemple, c’est un des objectifs de tout pratiquant lors des entraînements. Le professeur ou le maître montre des applications puis on les travaille avec un partenaire. Une piste de travail, pas toujours simple, est de sortir de la ligne d’attaque. Plusieurs options sont offertes en général, un pas sur le côté, une esquive, un mouvement de recul, mais toujours en veillant à sortir du bon côté, celui où on est protégé des coups suivants. On choisit en général le côté extérieur de l’attaque de façon à être hors de portée d’un deuxième coup de poing ou d’un enchaînement tout en restant au contact du partenaire. On développe aussi de cette manière l’idée de l’espace, et plus précisément l’espace de protection qui nous met en relative sécurité.

Bien sûr, le temps de réaction, l’application effectuée, la présence, l’intention, la détente ou relâchement, la gestion de l’espace entre le partenaire et soi, le vide, plus …plus …plus … plein de choses encore entrent en jeu pour permettre l’efficacité. Cependant, sortir de la ligne d’attaque avec la notion d’espace de protection est un bon réflexe qui ouvre un large champs d’action et de recherche dans la mise en place des applications martiales. Cela permet de se renouveler tout en améliorant certaines techniques déjà connues. Il est clair que cette notion s’applique dans tous les domaines, pas seulement dans les arts martiaux, c’est un réflexe de protection commun. Lisez l’article CONCOURS LANDAIS : Ah … la vache !! pour voir des illustrations.

Galerie | Cet article, publié dans LES ARTICLES DU BLOG, TAÏ CHI CHUAN, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s