LIU BOLIN : L’ART DE DEVENIR INVISIBLE

  Dans les cours, parfois les profs disent des phrases qui paraissent étranges, soit parce qu’on ne les comprend pas ou qu’elles ont l’air étranges en elles-mêmes. Moi, j’aime bien les entendre ces phrases, je me dis qu’elles me seront utiles un jour ou l’autre.

Dans un cours, je me souviens qu’on m’a dit que « faire du taï chi, c’est chercher à devenir invisible ». Bon pourquoi pas… je n’ai pas cherché à contredire l’enseignant, si c’est ce qu’il pensait, en plus j’étais fatigué, c’était vers la fin du 2e cours … de toute façon c’était lui le prof … et en plus il était plus balèze que moi en taï chi, alors …  N’empêche que c’était la première fois que j’entendais cette expression imagée sur le taï chi et qu’elle m’a étonné sur le coup.

Ceci dit, il a ensuite donné quelques brèves explications sur sa vision des choses, mais je ne m’en souviens pas trop. C’est pas bien, hein … ? De mémoire et en y réfléchissant, cela devait avoir un rapport avec l’idée de ne pas s’opposer, d’utiliser l’énergie du partenaire, d’adhérer, de coller, de fondre. Un bon exemple est le travail à deux comme la poussée des mains ou mains collantes (tui shou).

J’ai repensé à cette phrase durant quelques jours et puis je suis tombé sur un reportage sur l’artiste chinois Liu Bolin – l’homme invisible. J’ai été ébloui. Ses œuvres sont incroyables et relèvent de la performance.

Liu Bolin  (né en 1973 à Shandong) est un artiste chinois contestataire connu internationalement pour ses photos de lui-même dissimulé dans ses paysages. Initialement sculpteur, il se fait exproprier de son atelier le jour où le gouvernement chinois rase le quartier d’artistes dans lequel il habitait en 2005. Sa première photo est une mise en scène devant les ruines de son atelier en 2006.

Par la suite, il conserve l’idée de se peindre lui-même pour se fondre dans le décor de ses photos, afin de mieux dénoncer ce qu’il photographie. La préparation d’une photo peut durer plusieurs heures, et consiste principalement à peindre Liu Bolin de la tête aux pieds de façon à ce que sa silhouette se devine le moins possible. L’artiste passe plusieurs heures à recouvrir son corps de peinture avant de prendre un cliché.

Les sujets photographiés sont par exemple un rayon de supermarché pour dénoncer la société de consommation, ou un mur peint d’un message de propagande. Source: fr.wikipedia.org

Et le rapport avec le Taï Chi ? A vous de le voir !


Liu Bolin est représenté par la galerie parisienne Paris-Beijing. Je vous laisse admirer. http://www.galerieparisbeijing.com/

Autres sites à voir (parmi beaucoup d’autres) :  

http://www.fubiz.net/2011/02/18/liu-bolin-invisible-man/

 http://gnafrone.wordpress.com/2011/02/03/lhomme-invisible-chinois-liu-bolin/

 http://www.ekfineart.com

Galerie | Cet article, publié dans ARTS - EXPOS - MUSIQUE, LES ARTICLES DU BLOG, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s