Compte rendu du Master Class de Akira HINO de mai 2011

Ce Master Class a eu lieu les 28 et 29 Mai 2011 à Herblay (95) sous la direction de Akira HINO, fondateur du Hino budo, et invité par Léo TAMAKI.

Vous pouvez voir un éventail du savoir faire de ce maître dans la section vidéo de ce blog.

C’était la première fois que je rencontrais Maître HINO, un homme assez petit et léger, très souriant. De nombreuses personnes présentes, issues de différentes disciplines martiales, se connaissaient déjà et n’en étaient pas à leur premier stage avec ce maître.

L’accueil s’est bien passé et on a vite commencé l’échauffement, sans oublier de commencer par la position traditionnelle seiza assis sur les talons pour saluer maître HINO. Comme il parle japonais, c’est Léo TAMAKI qui assurait la traduction (mais parfois on n’entendait pas assez car il ne parlait pas très fort…).

L’objectif principal du stage était d’utiliser le sternum (point situé à l’intersection de la ligne des seins et de l’axe médian du corps) pour agir ensuite avec le reste du corps, et sans force. On retrouve là une caractéristique fondamentale des styles internes comme le Tai Chi.

La matinée du samedi a surtout été consacrée à la mobilisation du sternum (kiyokotsu), sur le plan horizontal, en le projetant vers l’avant puis vers l’arrière (ce qui a pour effet de creuser la poitrine … tiens … tiens… on y retrouve un des principes du Tai Chi Chuan édicté par Yang Cheng Fu … comme c’est bizarre …) mais sans bouger les épaules, elles restent quasiment fixes. Ce travail a été fait seul puis à deux. Puis, même travail avec les bras à l’horizontal dans le profil du corps. Maître HINO circulait parmi nous et n’hésitait pas à nous corriger si besoin, avec le sourire s’il vous plaît. Puis il nous a fait remarquer le lien entre le sternum et les coudes et on est passé ensuite à une situation de mise en pratique réaliste: le partenaire (uké) nous faisait une clé de bras, sur le côté du corps, à hauteur de l’épaule, en veillant à garder notre coude ouvert (open) (paroles du Maître), éloigné du buste. En utilisant la force du bras, il était impossible de se libérer de la prise, sinon à se faire mal. En mobilisant le sternum en premier, on arrivait à faire passer l’action sans force dans l’épaule puis le coude, ce qui entraînait le partenaire vers l’avant et le sol. On a également travaillé sur les déplacements en donnant un coup de poing, puis deux coups de poing (avec utilisation globale du corps).

L’après-midi: applications à 2 ou 3

On a poursuivi le travail mobilisant le sternum avec d’autres applications. Clé de bras avec saisie du poignet, saisie du triceps et torsion du bras pour nous pencher vers le sol; même saisie mais sur les deux bras (avec 2 partenaires); saisie du corps par derrière par un partenaire (1er uké) et un autre partenaire (2e uké) avance en donnant un coup de poing au visage (tsuki) (il fallait alors esquiver en se laissant tomber ou glisser vers le sol); prise par derrière en double nelson; en face à face être saisi au coude et à l’épaule (un peu comme en  judo) et saisir le partenaire de manière identique puis le faire chuter dans un mouvement circulaire. A chaque fois, l’usage de la force ne donnait rien d’intéressant. Je ne dirais rien sur ce qui a été fait le dimanche, pas pour garder le secret, mais simplement parce que je n’y étais pas… 

Mon bilan: 

Ce stage m’a apporté ce que j’étais venu y chercher. Utiliser le sternum, apporter au corps un point de mobilité pas assez sollicité de manière consciente mais pourtant fondamental. Agir avec le sternum pour mouvoir la colonne et transmettre le mouvement dans les bras sans force, en douceur. On s’intéresse souvent en Tai Chi aux mouvements des bras en détaillant le rôle des doigts et de l’intention, le rôle des roues des mains, l’importance des coudes, on se rend compte que tout le bras est sollicité, mais qu’en fait le mouvement vient de plus loin, du dos, et des omoplates. Or, si on poursuit le raisonnement et l’observation, en allant encore plus loin, après les omoplates on trouve la colonne vertébrale. Avec deux points particuliers: le sternum situé sur la partie avant du corps (et son point symétrique dans le dos). Il est donc tout à fait possible de faire partir les mouvements des bras à partir du sternum, et c’est ce qui se passe, sauf qu’on n’en a pas assez conscience (je parle pour moi).

D’ailleurs Maître HINO nous a montré dès le début du stage que pour donner un coup de pied le sternum est sollicité (relation sternum – creux des reins – hanches – genoux). C’est aussi ce qu’il utilise pour se relever directement de la position seiza en donnant un coup de pied avant (mae geri). Il se lève et avance en projetant son sternum vers l’avant, à la façon des danseurs classiques ou modernes. Il est intéressant de remarquer que le sternum correspond au 2e foyer ou foyer médian, point énergétique VC 17 (Vaisseau Conception 17) (la mer de tranquillité) pour les méridiens. Bien sûr, au niveau du Tai Chi Chuan, le tantien (centre de gravité et foyer inférieur VC 6) (la mer d’énergie) est toujours mobilisé et les principes du Tai Chi Chuan doivent continuer à être respectés. Mais Maître HINO m’a apporté une clé précieuse à intégrer dans ma pratique. L’intérêt de ce stage est aussi que ce travail est applicable dans de nombreuses disciplines martiales ou sportives. Rien qu’en Tai Chi Chuan, ses degrés d’utilisation sont vastes: qi qong, travail à deux, poussée des mains, applications martiales, forme à mains nues.

Au niveau de la respiration, point capital en Tai Chi, et encore plus dans le style yang originel, il n’y a pas de travail spécifique en Hinobudo. La respiration est normale, on doit pouvoir respirer aisément, sans forcer. Il n’y a pas de respiration inversée ou souffle interne comme nous le faisons dans notre style mais cela n’empêche absolument pas de le faire, bien au contraire.

Le conseil de Maître HINO: faire chaque jour environ 1000 mouvements de mobilité du sternum et ce pendant trois ans. Puis, oublier cette technique. Sous entendu qu’on n’aura plus besoin d’y penser pour la mettre en jeu. Ce sera alors un automatisme naturel. Lorsque Maître HINO mobilise son sternum, on ne voit d’ailleurs aucun mouvement particulier… mais il nous amène où il veut, s’échappe des saisies comme une anguille, avec fluidité et douceur. 

Pour conclure, l’ambiance était agréable, j’ai travaillé avec des gens sympathiques prêts à partager, j’ai rencontré des personnes nouvelles qui m’ont enrichi par leurs connaissances diverses, en shiatsu notamment, et la bonne humeur était de mise. Un stage enrichissant que j’ai déjà commencé à réinvestir dans les cours et dans mes entraînements personnels.

Galerie | Cet article, publié dans HINO BUDO, LES ARTICLES DU BLOG, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Compte rendu du Master Class de Akira HINO de mai 2011

  1. MARGUERIE dit :

    Salut Frédéric, merci pour cet article précis et très intéressant. Ce qui est décrit est très proche du principe fondamental de la forme du serpent : toute action est réalisée à partir de la poitrine (hollowing …) , le reste du corps, en détente, étant mû à partir d’elle.
    Jean-Claude

    J'aime

    • Frédéric dit :

      Pour le peu de serpent que j’ai fait (quelques heures sur un stqge d’une journée …), les mouvements d’échauffement du dos avec des cercles sagitaux vers l’avant ou l’arrière, et frontaux, mettent obligatoirement en mouvement le sternum. Dans le style du serpent, on pense à la partie haute du dos (si je me souviens bien), mais si on pense à bouger à partir du sternum, le mouvement sera le même. C’est, à mon avis, juste une prise de conscience d’une zone du corps. Après, le principe est très proche effectivement. Jean-Claude, je t’invite à aller dans la rubrique vidéo et à chercher aussi sur le net d’autres vidéos de Maître Hino. Elles devraient te plaire et te donner d’autres idées intéressantes. Merci pour ton commentaire.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s